Un philosophe face à la Révolution.
La pensée politique de Louis de Bonald


Considéré comme le penseur de la Réaction, Louis de Bonald est en fait un moderne qui s’ignore. Son projet intellectuel a consisté à subvertir la pensée et les concepts des Lumières pour construire un système qui refonde rationnellement la légitimité monarchique en reprenant à son compte toutes les grandes idées de la modernité politique tout en les réinterprétant dans un sens opposé à celui de la Révolution. La pensée bonaldienne dévoile le caractère élastique des concepts modernes.
Robert Spaemann montre comment les efforts du vicomte de Bonald pour refonder une philosophie sociale l’amènent finalement à faire de la théorie de la société une forme de prima philosophia tellement englobante qu’elle en vient à prendre la place de la métaphysique. Père de la sociologie, Louis de Bonald annonce Comte et Maurras mais également Lamennais.

Présentation et traduction de l’allemand par Stéphane Robilliard.

Présentation par Stéphane Robilliard

Avant-propos de 1998

L'auteur

Professeur émérite de philosophie de l’Université de Munich, et considéré comme l’un des plus grands moralistes contemporains, Robert Spaemann est l’auteur de nombreuses études consacrées à l’utopie politique et à l’inversion de la téléologie comme trait de la modernité. Il est aussi connu outre-Rhin pour être un spécialiste de Fénelon. Deux de ses ouvrages ont déjà été traduits en français : Bonheur et Bienveillance (PUF) et Notions fondamentales de morale (Flammarion).

Stéphane Robilliard, ancien élève de l’Ecole Normale Supérieure, agrégé et docteur en philosophie est professeur de classes préparatoires au lycée Saint-Sernin à Toulouse. Il est également chargé de cours à l’Institut Catholique de Toulouse.

ISBN 978-2-915844-08-5 EAN 9782915844085

Prix 22 euros T.T.C. 250 pages

Mise en vente novembre 2008