Les oppositions romaines au pape

À Paris, Benoît XVI a rassemblé autour de lui un catholicisme nouveau, fait de prêtres « identitaires », de fidèles majoritairement jeunes, de familles très pratiquantes, dans lequel l’apport de toutes les « forces vives » était visiblement prépondérant. Entre le pape et ce catholicisme existe comme un lien direct par-dessus la tête de la plupart des élites ecclésiastiques en place, encore largement enlisées dans les modes de pensée et d’être - ou plutôt de disparaître - d’une interminable crise postconciliaire.
Au fur et à mesure qu’avance le pontificat de Benoît XVI, on voit se déployer sa volonté d’établir avec prudence et ténacité la remise en ordre d’une Église commotionnée depuis près d’un demi-siècle en toutes ses parties. Les uns après les autres, les hommes « de rupture » sont notamment remplacés aux postes de responsabilité par des hommes « de continuité », pour reprendre les termes du discours du pape à la Curie le 22 décembre 2005, à savoir par des prélats dans la ligne du pape, théologiens, liturgistes, administrateurs, spécialement sur cet échiquier complexe qu’est la Curie romaine. Mais cette nouvelle donne rencontre, à Rome même, des difficultés et des résistances extrêmement puissantes et déterminées.

Introduction

L'auteur

L’abbé Claude Barthe, né en 1947, a vécu les évolutions en cours dans l’Église depuis le concile Vatican II. Auteur d’un bon nombre d’ouvrages de réflexion sur la crise actuelle et sur la liturgie romaine ainsi que de chroniques religieuses dans diverses revues, il a participé à l’édition d’œuvres de spiritualité ou de littérature catholique. Dans les analyses de ce Carnet, respectueuses mais libres, il tient à préciser qu’il n’engage que lui-même.

ISBN 978-2-915844-17-7 EAN 9782915844177

Prix 6 euros T.T.C. 64 pages

Mise en vente avril 2009