Les oppositions romaines au pape


Revue de presse
Michel de Jaeghere

Vaticaniste hors pair (il avait notamment aidé le Figaro hors-série à préparer pendant le dernier conclave, un numéro de 114 pages sur le cardinal Ratzinger, numéro qui parut 48 heures après l’élection de Benoît XVI et auquel ne manquant pas même, lorsque la fumée blanche était sortie de la cheminée de la chapelle Sixtine, le nom que choisirait le nouvel élu), l’abbé Claude Barthe n’ignore rien des jeux de pouvoir qui se livrent à l’intérieur de la curie romaine. Dans ce livre écrit juste avant la fronde internationale dont le pape a été la cible au printemps 2009, il décrit les réseaux qui tentent aujourd’hui de freiner l’action réformatrice du souverain pontife. Les récents soubresauts observés dans l’épiscopat et jusqu’au sein du collège cardinalice soulignent la pertinence de ses analyses.

(Le Figaro hors-série)

Laurent Dandrieu

Étant notre meilleur vaticanologue, l’abbé Claude Barthe n’a pas attendu les récentes turbulences pour savoir que Benoît XVI devait compter, au sein même du Vatican, non seulement avec quelques fermes opposants, mais aussi avec des prélats qui manifestent « une collaboration avec le pape, mais avec des vues qui divergent des siennes, ce qui est pire ». La « réforme de la réforme » prônée par le pape pour tourner la « page désastreuse » de la crise postconciliaire n’est en effet pas du goût de tous. Claude Barthe dissèque le condensé d’inerties, de frilosités, d’habitudes acquises, de conservatismes qui concourent à embarrasser le grand dessein de Benoît XVI de « remise en ordre de bataille » de l’Église. Une postface sur les événements récents ne faisant que confirmer la justesse de ces analyses.

(Valeurs actuelles, 16 avril 2009)