Quel chemin pour l’Église ?


Revue de presse
P. Michel Lelong

"Ce livre est très important : il parle du passé et prépare l’avenir... C’est un livre que tout le monde devrait lire... Je souhaite que tous les évêques le lisent."

(Libre journal, 31 octobre 2004)

Stéphane Wailliez

"L’invitation que Claude Barthe lance aux anticonciliaires et aux déçus du concile à coopérer plus qu’à s’affronter n’a rien d’une main tendue mollement, façon peace and love. L’auteur ne nie pas les divergences entre les uns et les autres. Son propos est précisément de les inviter à se pencher ensemble sur le vide magistériel. [...] En donnant à son lecteur les moyens d’une réflexion ecclésiale sur la route à suivre, Claude Barthe contribue peut-être à hâter le jour où les troupes se rencontreront."

(Catholica, n° 86, hiver 2004-05)

P. Laurent-Marie, sjm

"Les propositions de l’auteur sont certainement discutables, en ce sens qu’elles devraient normalement aboutir à un dialogue, à un débat. Malheureusement ce dialogue et ce débat font cruellement défaut. L’accueil fait aux différentes publications de l’abbé Barthe est à ce titre caractéristique, y compris et surtout dans la presse « catholique-identitaire » ou intransigeante (si je reprends la terminologie de Laurent Frölich) : ou bien on attaquera l’auteur et sa situation atypique dans l’Église, ou bien on acquiescera au constat qu’il fait, mais pour conclure : « On ne peut cependant pas nier les signes évidents de renouveau dans l’Église »."

(La Nef, n° 158, mars 2004)

Abbé Guillaume de Tanoüarn

"Dans la crise que traverse l’institution ecclésiastique, certains hommes d’Église donnent l’impression qu’ils ont définitivement adopté, comme la meilleure des attitudes possibles, la politique de l’autruche : ils se cachent la tête dans les sables mouvants du désert spirituel que nous traversons, en attendant des jours meilleurs. L’abbé Barthe, lui, est ce guetteur qui scrute la nuit de notre Église et auquel on vient demander anxieusement : Custos quid de nocte, oui, quel chemin pour notre Église ?"

(La Nef, n° 158, mars 2004)

Abbé Christian Gouyaud

"Sur la crise de l’Église, l’abbé Claude Barthe fait souvent montre de perspicacité. La pertinence de son point de vue nous semble notamment avérée s’agissant de la phénoménologie de la crise en question."

(La Nef, n° 158, mars 2004)

Dom Hervé Courau

"L’abbé Barthe tient en haleine son lecteur d’un bout à l’autre. On retrouve dans l’ouvrage ce qu’il a écrit dans Catholica concernant la crise de l’Église postconciliaire, avec le drame liturgique sous-jacent à celle-ci. Dans cet ouvrage, la plume de l’abbé a l’art d’élever au-dessus des plaintes habituelles."

(La Nef, n° 158, mars 2004)

Christophe Geffroy

"Le livre de l’abbé Barthe ouvre des portes, car l’auteur n’a rien d’un idéologue. Au contraire, lorsqu’il passe aux propositions concrètes pour sortir de la crise, il est d’un pragmatisme et d’une ouverture étonnants. Il invite notamment tous les vrais catholiques, quels qu’ils soient, à sortir de leur chapelle et interpelle les fidèles attachés à l’ancienne liturgie pour qu’ils s’engagent « à autre chose qu’une activité pastorale pour des publics relativement enclavés »."

(La Nef, n° 158, mars 2004)

P. Louis-Marie de Blignières

"... d’abord la lucidité. À l’encontre de l’irénisme de certains, l’auteur décrit, sans exagération ni complaisance, l’état dramatique de l’Église dans le monde occidental. En le lisant, je pensais à l’impressionnante vision du troisième secret de Fatima. Dans la proposition de solutions, l’auteur fait preuve de cette imagination qui n’est guère au pouvoir en dépit du slogan soixante-huitard. Enfin, il soulève un vrai problème en demandant une interprétation magistérielle des textes de Vatican II sur la liberté religieuse, l’œcuménisme et le dialogue interreligieux."

(La Nef, n° 158, mars 2004)

Jean Madiran

"Un livre opportun et ferme", "une synthèse saisissante", "le livre de Claude Barthe appelle une attention particulière. Il rend explicites, dans une énonciation exacte, des phénomènes qui sont plus ou moins vaguement ressentis mais pudiquement recouverts d’un silence complaisant..."

(Présent, 28/9/2004, p. 1)

Jean-Pierre Maugendre

"Un ouvrage très riche, toujours facile à lire et que l’on a envie de qualifier d’intelligent, réaliste et charitable. Puisse-t-il trouver de nombreux lecteurs en particulier parmi les clercs qui ont la responsabilité de l’avenir de l’Église ! Pour nous laïcs, il sera source de réflexions et lumière furtive sur « le mystère de l’Église » (R.P. Clérissac) à la fois pleinement divine et parfois si humaine ! À relire dans dix ans."

(Renaissance catholique, n° 83 - Août / octobre 2004)

Yves Le Ber

"L’abbé Barthe souligne avec raison que Vatican II s’est voulu atypique et se demande si, dans ces conditions, on peut soutenir qu’il ait été un vrai concile selon la Tradition œcuménique et historique puisqu’il a entendu se placer « en deçà du dogme ». On peut dès lors soutenir qu’il s’est plutôt considéré comme un « non-Concile », comme une sorte d’organisme suprême, en « état d’apesanteur magistérielle »."

(Opus Dei, n° 10, décembre 2004)

Joël Prieur

"L’auteur nous offre, à petites touches précises, un vaste tableau de la situation de l’Église. Ayant ainsi planté le décor, il essaie ensuite d’évaluer les modalités d’une sortie de crise, en insistant, plus que je ne le ferais moi-même, sur ce qu’il nomme la ou les transitions."

(Pactes, n° 89, décembre 2004)

Abbé Bernard Lucien

"Bref, un ouvrage réaliste et revigorant, aisé à lire grâce au style très souple de l’auteur..."

(Sedes sapientiae, n° 90, hiver 2004)

Faits & Documents

"Un brillant bilan quarante ans après Vatican II"

(n° 181, 1er octobre 2004)

Daniel Hamiche

"Un livre passionnant... un livre épatant..."

(Libre journal, 20 octobre 2004)

Yves Gire

"Ouvrage riche en remarques judicieuses et suggestions, offrant matière à d’utiles réflexions."

(Una Voce, n° 239, novembre-décembre 2004)

Mgr Ignacio Barreiro

"Une brillante analyse sur de nombreux aspects de la longue crise de l’Eglise engendrée par le concile Vatican II, et une présentation des espoirs raisonnables d’une restauration."

(Rome)

Robert L. Phillips

"Une étude passionnante et bien argumentée de l’Église conciliaire... Un livre qui devrait être lu et médité par tout catholique soucieux du déclin de l’Eglise".

(The Latin Mass magazine, Spring 2006)

Conflits actuels

L’abbé Claude Barthe poursuit inlassablement son œuvre de décryptage de la situation contemporaine de l’Église. Chroniqueur, éditorialiste, écrivain, le travail qu’il fournit est pour beaucoup dans la compréhension du phénomène de l’évolution post-conciliaire jusqu’à ses derniers développements avec l’élection de S.S. Benoît XVI sur le trône pontifical. Dans Quel chemin pour l’Église ?, issu d’une collection de réflexions précédemment publiées et rendues ici dans une belle homogénéité, il introduit la problématique de la prise de conscience lucide de l’état des lieux comme préalable absolument nécessaire au développement possible de propositions potentiellement aptes à la résolution du processus de décadence magistérielle post-conciliaire par sa « pastoralisation ». C’est l’assimilation de ce fait dans toute sa globalité et donc dans les conséquences qu’il a visiblement produites depuis quarante ans qui devrait permettre selon l’abbé Claude Barthe de tenter des solutions de « transition liturgique » (thème récurrent de ses réflexions) et de « transition théologique », notamment dans la recherche d’une post-disputatio entre les différentes tendances de la contestation du concile et de l’évolution conciliaire, dans la déclinaison de cet horizon bigarré. C’est ici que le lecteur retrouve toute la pertinence des propos de l’auteur qui loin de s’arrêter au seul constat du drame moderne, sait utiliser les ressources de son intelligence pour faire progresser auprès des autorités ecclésiastiques et des acteurs concernés l’idée d’un chemin vers le dénouement attendu par tous ceux qu’anime un amour vrai pour l’Église du Christ.

(n° 16, 2005-2)